999 étudiants sont en formation pour être missionnaires dans la Congrégation du Saint Esprit

 

premiers voeux brésil6
Célébration de premiers vœux au Brésil

Le prochain Conseil Général Élargi de la congrégation (fin juin à Rome) est l’occasion de mettre à jour les statistiques. Côté formation, elles viennent de nous être communiquées : c’est l’occasion de rendre grâce au Seigneur qui continue d’appeler des ouvriers pour prendre part à son abondante moisson.

Oui, ils sont presque mille en 2016, à se préparer à la Mission dans la congrégation.

La formation spiritaine est unifiée dans le monde entier, elle comprend 5 étapes principales :

  1. Le postulat : on y fait connaissance avec la congrégation, la vie communautaire, et si nécessaire on se met à niveau pour l’étape suivante. Dès cette étape, on se met au service des pauvres et de la communauté chrétienne par un engagement pastoral. Cette dimension d’engagement est maintenue à toutes les étapes de la formation spiritaine. En France, on commence généralement par le premier cycle, après quelques mois de rencontres avec des communautés spiritaines et un accompagnement.
  1. Le 1er cycle, aussi appelé cycle de philosophie : toujours en communauté, le plus souvent dans son pays d’origine, on y acquiert les bases intellectuelles pour dire la foi dans un langage compréhensible aux hommes et aux femmes de notre temps. Au programme : philosophie, histoire de l’Eglise, anthropologie et sociologie, et introduction à la Bible. Le premier cycle dure 2 ans.
  1. Le stage missionnaire : selon les régions, il se situe avant ou après le noviciat. Il s’agit de faire une expérience de la vie missionnaire, en communauté et en contexte interculturels, pour confirmer ses capacités et son attrait véritable pour la vie spiritaine. C’est un moment marquant pour tous les étudiants spiritains. Il dure généralement 2 ans.
Chapelle du noviciat de Mbalmayo (Cameroun)
Chapelle du noviciat de Mbalmayo (Cameroun)

 

  1. Le noviciat : c’est l’année clé pour l’engagement dans la vie religieuse. On s’y prépare à prononcer des vœux temporaires de pauvreté, chasteté et obéissance. On y étudie l’histoire de la mission, la spiritualité des fondateurs et la Règle de vie de la Congrégation, ainsi que les fondements et les questions actuelles concernant la vie religieuse. Les novices de la congrégation sont regroupés par grande région géographique : deux noviciats pour l’Europe (Paris et Bydgoszcz), un pour l’Asie et l’Océanie (Vietnam), cinq en Afrique, trois en Amérique.
  1. Le 2e cycle, appelé formation post-noviciat, qui dure trois ans. Pour ceux qui se destinent à être religieux prêtre, il s’agit d’études en théologie, avec une orientation missionnaire et une attention aux grandes religions du monde. Le second cycle est organisé par grande région géographique. On y suit des cours soit dans des instituts établis et dirigés par les spiritains, soit en collaboration avec d’autres ; en France, à l’Institut Catholique de Paris ou au Centre Sèvres des Jésuites. Tous les spiritains sont religieux, mais tous ne sont pas prêtres. Pour les frères, le second cycle inclura une formation en théologie, et aussi une spécialisation dans un autre domaine utile à la mission.
IMG_8475
Lors de la retraite annuelle, en France

En France, les spiritains accueillent un total de 11 jeunes en formation. Un français de Martinique de 31 ans est en premier cycle à Lille. Deux kényans sont en stage missionnaire, à Lille et Fontenay-aux-Roses. Deux novices originaires du Cap Vert sont à Chevilly Larue. Un novice français de 36 ans vient de faire profession religieuse. Au second cycle, ils sont six, dont trois français, de Champagne, Pays de Loire, et Martinique, avec un confrère du Nigéria, un autre du Portugal et un Camerounais.

Prière à la communauté spiritaine de Saigon, Vietnam
Moment de prière à la communauté de Saigon, Vietnam

Les tendances au plan mondial : après un basculement déjà ancien des grands effectifs de formation de l’Europe vers l’Afrique, on voit l’émergence d’un groupe significatif en Asie, et un relatif maintien en France, avec la présence de trois jeunes originaires de France métropolitaine, deux des Antilles, et l’ordination d’un sixième l’an dernier, parti en Haiti. Aujourd’hui on ne réfléchit plus de manière purement locale : sur les 280 spiritains en France, 34 sont originaires d’autres pays et en mission ici, tandis que 64 spiritains français sont en mission ailleurs.

Si tu as le désir de donner ta vie au service de l’annonce de l’Évangile, dans le cadre de la vie religieuse, et tu as entre 20 et 40 ans, c’est peut-être que tu es appelé ! L’Église et le monde ont besoin de toi. Nous t’attendons, vigilants dans la prière.

Jean-Pascal Lombart, spiritain, responsable des vocations

Check Also

Du champagne à la vanille

Le 24 juin 2018, en la cathédrale de Reims, le frère Florian RENAUD, spiritain, a …