La mission d’Ethiopie, au-delà des clichés

Après mes premiers vœux dans la Congrégation, j’ai choisi, en concertation avec mes supérieurs, de poursuivre un master 2 dans le domaine de l’action humanitaire et du développement, pour avoir plus d’éléments « professionnels » à apporter dans le cadre de ma future mission de frère spiritain. C’est ainsi que je me suis retrouvé en Ethiopie pour quelques mois de stage, au sein de l’ONG de développement que les spiritains animent à Arba Minch.

paysage konso (2)
Paysage Konso (sud d’Arba Minch)

L’ancienne Abyssinie est actuellement un des pays les plus pauvres d’Afrique. Mais c’est aussi le seul qui s’enorgueillit d’avoir conservé son indépendance au long des siècles. C’est aussi un pays marqué par les crises récentes : guerres, famines, qui ont déclenché un afflux massif d’aide humanitaire, provoquant une dépendance tenace des éthiopiens aux capitaux étrangers : aujourd’hui encore, l’aide extérieure toutes origines confondues représente près de la moitié du budget de l’Etat, avec une multitude d’ONG étrangères impliquées dans des actions humanitaires et de développement, contrôlées de près par un Etat autoritaire qui laisse très peu de place à l’opposition.

Vue sur la partie haute d'Arba Minch
Vue sur la partie haute d’Arba Minch
mission de Dhoqqolle
La mission de Dhoqqolle, dans le Borana

Les spiritains sont présents en Ethiopie depuis 1972, avec deux principales régions d’apostolat : le sud de la vallée du Rift avec actuellement les missions d’Arba Minch et Chencha (près des lacs Abaya et Chamo), Dimeka (plus au sud, en pays Hamer), et les collines du Borana, une région pastoraliste du Sud-Est de la vallée du Rift, avec les missions de Yabello, Daddhim, Dubluq et Dhoqqolle. Nous avons également une maison à Addis Ababa la capitale, juste en face du nouveau siège de l’Union Africaine.

Dans la région d’Arba Minch, la mission fut d’emblée marquée par le dialogue œcuménique avec la confession dominante qui est l’Eglise orthodoxe d’Ethiopie, riche de ses quinze siècles d’histoire, intimement liée à celle du pays et de ses empereurs. Dans la ligne de Vatican II, choix fut fait de ne pas faire concurrence à cette Eglise sœur, mais au contraire de l’aider au niveau théologique, économique, et dans son effort d’évangélisation des populations non christianisées. En parallèle fut organisé un programme ambitieux de forages de puits, sécurisation de sources, construction d’écoles, postes de santé, développement agricole, etc. qui emploie actuellement une quarantaine de salariés éthiopiens, avec un directeur éthiopien également, formé en Inde et en Allemagne.

poste vétérinaire
Poste vétérinaire construit par l’ONG spiritaine
trinité
Icône de la Trinité (Musée national d’Ethnologie, Addis Ababa)

Ces quelques mois de stage me sont très profitables à plusieurs points de vue, car ils me permettent de découvrir en peu de temps beaucoup de choses différentes :

– un pays passionnant tout d’abord, multiethnique, mélange d’influences orientales et africaines, château d’eau de l’Afrique de l’Est avec ses hautes montagnes mais qui comprend aussi déserts et dépression volcanique, civilisation ancienne enfin, qui ne sortit du système féodal qu’au XXe siècle : tout cela constitue une nation à part dans l’Afrique sub-saharienne.

Veillée pascale - danses liturgiques
Danse liturgique pendant la veillée pascale orthodoxe

– un contexte religieux plus que complexe (Eglise traditionnelle orthodoxe éthiopienne avec une grand richesse liturgique largement ignorée de l’occident ; Eglise catholique à l’héritage ambigu – beaucoup d’erreurs ont été commises par le passé-, qui se subdivise en vicariats de rite oriental et vicariats de rite latin ; nombreuses Eglises protestantes ; Islam bien présent) et qui pose plein de questions : sur les conflits politiques au sein de l’Eglise, sur la compréhension de notre mission par les confrères spiritains venant d’horizons différents avec un lien à Rome parfois identitaire, sur la différence entre ce que dit le Pape et le Concile et la réalité du terrain…

messe à Daddhim
Messe à la mission de Daddhim

– un groupe spiritain encore fragile (seulement quatre spiritains éthiopiens à ce jour, et une totale dépendance financière de l’étranger), avec ses merveilles et ses difficultés comme beaucoup d’autres circonscriptions : difficile unité entre des communautés aux apostolats très différents, communautés parfois réduites à un ou deux confrères « par la force des choses », mais également un travail énorme au service des plus pauvres, que ce soit dans le développement rural et la construction d’infrastructures, ou bien dans l’éducation (deux écoles dans le Borana), la vie de paroisse, l’aumônerie d’étudiants ou la pastorale des prisons.

Lakka - pompe manuelle
Installation de pompe par l’ONG des spiritains

– la situation de l’aide internationale et du développement qui est aussi très compliquée, notamment par l’histoire et la relation avec un gouvernement qui contrôle tout et impose ses points de vue qui vont souvent dans le sens d’une agriculture intensive basée sur les semences hybrides et les engrais chimiques, sur le modèle de la « révolution verte » indienne (qui pourtant est de moins en moins d’actualité). Je m’interroge aussi sur l’action des multiples ONG, Eglises missionnaires (protestants et catholiques) et touristes étrangers : même si l’intention est pure, les conséquences sont parfois incontrôlées et dommageables.

En conclusion, poser un diagnostic est loin d’être évident. Pour un farenji (étranger) comme moi, brièvement de passage dans ce pays, beaucoup de questions surgissent, qui n’ont souvent pas de réponse toute faite. Une chose est sûre : il faut du temps pour comprendre les enjeux et essayer d’élaborer des solutions, beaucoup plus qu’on ne croit. Je suis également de plus en plus convaincu que ce sont les gens du pays qui ont les réponses, mais nous qui voulons tout de même « aider » et qui en avons a priori les moyens, comment le faire de la façon la plus pertinente, la moins perturbante, la plus juste ?

Pour en savoir un peu plus sur les spiritains en Ethiopie, leur organisation, leurs apostolats, leur histoire, vous pouvez consulter le site du groupe : http://score-et.org/. Voici aussi le site d’un projet de lutte contre l’érosion, mené par un groupe d’étudiants de l’université de Hambourg, et soutenu par les spiritains : http://www.slopefarming.org/. Enfin, un article détaillé sur le travail du père Paddy Moran pour améliorer les conditions de vie et les chances de réinsertion des prisonniers de la prison d’Arba Minch.

Mathieu Boulanger cssp

 

Check Also

Missionnaire spiritain en Haïti : une évangélisation en action

Désormais, le père Benjamin Osio, jeune prêtre spiritain français, parle créole et arpente chaque jour …