Profession religieuse de Vincent Studer

Le dimanche 13 mars 2016, Vincent Studer a fait profession religieuse dans la Congrégation du Saint Esprit à l’Eglise Saint Stanislas des Blagis où une communauté spiritaine est en ministère paroissial.

Qu’est-ce que la profession religieuse ?

Vincent a pour la première fois, et pour une durée de 3 ans, prononcé devant ses confrères spiritains et le supérieur provincial les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, aussi appelés conseils évangéliques. Il s’est engagé à vivre la vie des religieux spiritains telle qu’elle est décrite dans leur règle de vie. Cela a fait de lui un membre à part entière de la Congrégation du Saint Esprit. Après trois ans, il pourra demander à prononcer des vœux perpétuels, c’est-à-dire pour toute la vie.

Comment se prépare-t-on à la profession religieuse ?

Après un début de carrière professionnelle, Vincent a ressenti l’appel à être prêtre. Après quelques temps de formation dans le diocèse de Strasbourg, désirant vivre la vie communautaire et missionnaire, il a rencontré le frère Szczepan Frankowski, spiritain, et a demandé à entrer en formation chez les spiritains en 2013. Il a fait une année de formation en communauté à Lille, tout en étudiant, en s’investissant auprès des personnes dépendantes et en découvrant davantage les spiritains. Il a ensuite demandé à préparer son engagement religieux en faisant une année de noviciat, à Chevilly Larue, où avec d’autres, il a mûri sa décision. C’est à l’issue du noviciat qu’il a demandé à prononcer ses vœux religieux. Sa demande a été examinée par les responsables spiritains qui ont donné leur accord, en s’engageant à soutenir Vincent dans son engagement.

Qui est Vincent ?

Vincent à 36 ans, il est originaire du Haut Rhin. Il a fait des études d’ingénieur, a travaillé un an dans la recherche pour EDF, a fait une coopération de deux années en Guinée Conakry, et a travaillé dans les machines tournantes cryogéniques pour l’industrie du gaz naturel et du gaz de l’air. Ayant rencontré le renouveau charismatique, il a fait l’expérience de l’amour de Dieu et s’est senti appelé à donner plus de sens à sa vie. Il a passé un an dans un monastère où il a ressenti l’appel à devenir prêtre, et ensuite est parti comme volontaire en Égypte. Il a été marqué par un livre sur le père Daniel Brottier, qui exprime le charisme spiritain : une présence d’Église là où l’Église n’est pas, et un service des pauvres. Durant sa formation, il s’est engagé au service de la rencontre des personnes en difficultés.

Que va-t-il se passer après la première profession ?

Vincent va terminer son année de stage en paroisse, puis l’an prochain il rejoindra la communauté de formation des jeunes religieux spiritains, située à Paris. Il y retrouvera trois autres français également en formation : Florian qui est champenois, Mathieu qui est de Nantes et d’un peu partout, et Eddy qui est de Martinique. Il poursuivra sa formation religieuse, et se préparera à son départ en mission en continuant l’étude de la théologie, tout en ayant un ministère pastoral à temps partiel. Après ses vœux perpétuels, il demandera à partir dans un des 60 pays où les spiritains sont missionnaires.

Check Also

Du champagne à la vanille

Le 24 juin 2018, en la cathédrale de Reims, le frère Florian RENAUD, spiritain, a …