Portrait de jeunes spiritains : Mathieu

Quatre jeunes se préparent à s’engager définitivement en septembre prochain dans la vie religieuse apostolique, au sein de notre congrégation. Originaires de différents pays, ils ont rencontré le Seigneur, chacun à sa manière. Formés à l’Institut Catholique et au Centre Sèvres, ils se rendent disponibles pour la mission confiée à la Congrégation du Saint‐Esprit, à savoir : l’évangélisation, l’éducation et le dialogue interculturel et interreligieux, aux périphéries de l’Eglise et de nos sociétés.

Mathieu a 38 ans et est originaire de Nantes, d’une famille de chrétiens convaincus, pour qui la foi se vit au jour le jour, dans les relations aux autres, l’engagement pour la justice, la paix et la protection de la planète. Ingénieur de formation, il a travaillé plusieurs années dans l’industrie agroalimentaire à Strasbourg et Poitiers avant de rencontrer les spiritains lors d’un séjour aux Philippines en 2007‐2008 où il était parti comme volontaire sur un projet de développement rural. Il ressentait à cette époque le besoin de se rendre utile et de réfléchir à son parcours de vie. C’est grâce à l’expérience forte vécue là‐bas qu’il a compris l’importance d’une vie plus unifiée autour d’une vision d’un monde plus humain et fraternel, à construire en communauté. De retour en France, la routine d’un boulot peu exaltant l’a poussé à approfondir sa réflexion, tout en prenant contact avec les spiritains en France.

Après quelques années d’un parcours de discernement accompagné notamment par des jésuites, et la découverte progressive d’un appel personnel à la vie religieuse, il choisit en 2011 de rejoindre la Congrégation du Saint Esprit, dans laquelle il prononce ses premiers vœux en septembre 2014. Ce qui l’attire chez les spiritains ? L’esprit de simplicité fraternelle, l’accueil inconditionnel de l’autre, le souci des plus pauvres, et le côté « sans prétention » des humbles travailleurs du Royaume de Dieu.

N’ayant jamais voulu être prêtre, Mathieu souhaite vivre la vie religieuse comme laïc consacré. Pour cela, et en fidélité avec le charisme spiritain de « bâtisseur de ponts », il a poursuivi des études en solidarité internationale puis en théologie des religions et dialogue interreligieux à l’ICP (Institut Catholique de Paris). Pour lui la vie en communauté internationale et interculturelle est un premier témoignage fondamental de la capacité pour des hommes de divers horizons de vivre et bâtir un projet ensemble autour des valeurs évangéliques en se décentrant de soi-même.

C’est un défi permanent mais qui permet ensuite aux spiritains d’être crédibles dans leur mission prophétique de remise en question des structures injustes, dans la défense des plus petits et marginalisés.

 

 

Check Also

Veillée de prière pour les vocations missionnaires

Le 8 septembre 2017, à l’occasion des vœux perpétuels de 4 jeunes confrères, nous prierons …