Enquête sur la gestion des déchets à la communauté des Blagis

Dans le cadre de la réflexion de l’équipe « Justice, Paix et Intégrité de la Création » de la province de France, qui porte cette année sur les questions écologiques, la communauté spiritaine des Blagis et les jeunes accueillis au foyer ont questionné leurs pratiques de gestion des déchets…

Au presbytère des Blagis vivent 5 spiritains et 5 membres du foyer. Les déchets produits sont essentiellement du papier et carton, plastique, verre, déchets organiques, et ordures ménagères résiduelles ou OMR (terme qui correspond à la part des déchets restant après les différentes collectes sélectives). Du côté de la paroisse, les rejets se composent de déchets verts, décorations florales, lumignons et papiers.

Les déchets sont actuellement triés en quatre poubelles : le papier/métal/plastique, le verre, les déchets verts, et les OMR. La collecte est assurée par le service public suivant un planning prédéfini. Une pesée réalisée au foyer sur 2 semaines montre une production de 2,9 kg par semaine et par personne, avec surtout des bio-déchets et des bouteilles plastiques.

Globalement, les membres de la communauté sont conscients de la nécessité du tri. Néanmoins, peu le maîtrisent correctement. Nombre d’erreurs de tri sont constatées. Films plastiques et pots de yaourts, non recyclables, sont systématiquement mis dans la poubelle des recyclables. Le code couleur des bacs de collecte semble aussi très peu maitrisé : confusions entre le bac OMR et celui des recyclables ; erreurs qui entraînent souvent le rejet des bacs par le service municipal.

L’un des axes d’amélioration consisterait à réduire le volume des déchets. Certains résidents du foyer consomment eau minérale et boissons gazeuses. Consommer de l’eau du robinet et des sirops réduirait la quantité de bouteilles plastiques. Ensuite, une séance de sensibilisation et de formation sur le tri pour tous les membres de la communauté serait un plus. On pourrait aussi envisager une reprise des lumignons par le fournisseur. Pour aller plus loin, un projet de jardin potager couplé à du compostage réduirait le volume des déchets organiques mis en poubelle. En outre, un tel projet écologique aiderait à fédérer la communauté.

Pierre Berlin Mpodé

Check Also

Du champagne à la vanille

Le 24 juin 2018, en la cathédrale de Reims, le frère Florian RENAUD, spiritain, a …