Le spiritain fait son possible, car Dieu fait le reste

Jeune postulant spiritain en Inde

« Faites humainement, prudemment, tout ce qui doit être fait, et laissez à la Providence le soin du reste », conseillait le bienheureux spiritain Daniel Brottier, un des fondateurs d’Apprentis d’Auteuil.

Pourtant engagé activement dans sa mission, le spiritain développe aussi une forme de passivité, qui consiste à laisser le Seigneur agir dans sa vie. Cette confiance dans la présence et l’action de Dieu repose le cœur, donne la paix, libère de l’inquiétude. Elle a une incidence sur le regard que le missionnaire porte sur ses limites, ou ses chutes. Il ne renonce ni à se corriger, ni à avancer, mais s’accueille tel qu’il est, persuadé que Dieu n’attend pas qu’il soit parfait pour se donner à lui.

Le spiritain fait donc sa part, généreusement, activement, sans oublier que l’essentiel est donné par Dieu à sa manière, en son temps, et que toutes choses peuvent servir la réalisation de son projet.

Olaf, spiritain allemand, en mission en Centrafrique

Check Also

Avec les pauvres, changer les structures injustes de la société

Le spiritain partage les souffrances d’un monde nouveau en gestation Au Soudan du Sud, en …