Se recentrer sur l’essentiel

Je m’appelle Pierre, j’ai 28 ans et je suis célibataire, responsable Ressources Humaines dans une usine francilienne. J’ai connu les spiritains d’une manière peu orthodoxe : à l’occasion d’une confession pendant une veillée de prière, j’ai rencontré ce confesseur qui allait devenir mon père spirituel.

Or, il se trouvait que c’était un… spiritain ! Tous les mois, je vais donc le rencontrer dans la maison spiritaine rue Lhomond à Paris. J’ai eu donc accès à l’histoire de cette congrégation, mais aussi à certains visages !

J’ai souhaité faire ce qu’on appelle une « retraite dans la ville » ; se lever et prier le matin ; partir travailler normalement ; et revenir le soir dans un cadre porteur pour la prière. J’ai voulu faire cela pendant la semaine sainte car j’ai constaté depuis plusieurs années que vivre pleinement une semaine sainte se révélait difficile lorsqu’on était jeune, travailleur et sécularisé. Les tentations sont nombreuses, les journées de travail diminuent les possibilités de prendre du temps.

En m’éloignant de mon cadre quotidien (mon appartement et mon cercle relationnel), en le changeant même, je créais un environnement différent qui me permettait de me recentrer sur l’essentiel : prier.

Cette expérience m’a permis de vivre ce que je voulais : une prière communautaire quotidienne, la possibilité d’avoir la messe, l’ouverture à de nouvelles personnes et une chapelle ouverte 24/24h à disposition. En cassant mon quotidien, je me suis organisé autour de l’essentiel.

Cour intérieure de la rue Lhomond

Le bilan a été plus que positif. Il n’y a pas eu de révolution visible, de grandes découvertes. Mais un recentrage sur l’essentiel. Remettre l’Essentiel au cœur de sa vie et de son quotidien, sans changer grand-chose. En quittant mon studio qui se trouvait à même pas 2km (je le devinais même depuis ma chambre !), j’ai laissé de côté les tracas et impératifs secondaires d’une semaine quotidienne, et je n’avais rien d’autre à faire que prier, lire, rencontrer et reposer mon corps.

J’ai appris qu’il suffit parfois de petits changements pour se remettre sur le chemin de la Vérité.

Cette expérience, je la conseille à tous !

Pierre Henry

Check Also

Veillée de prière pour les vocations missionnaires

Le 8 septembre 2017, à l’occasion des vœux perpétuels de 4 jeunes confrères, nous prierons …