Ombeline au Congo : « vivre une expérience à mon rythme »

meaudre-ombeline-congo-160517Après un BTS de commerce international, Ombeline (22 ans) projette de se former dans l’action humanitaire. « J’ai fait le choix de partir seule pour deux raisons : vivre cette expérience à mon rythme, sans jugement, contrainte ou pression extérieure. Mais également pour la poursuite de mon projet professionnel. Je veux surmonter les difficultés seule et m’endurcir. »

« J’ai connu Opération Amos par le responsable Pôle Jeunes du Diocèse de Paris. J’ai souhaité m’engager en tant que volontaire Amos, car les différentes actions que mènent les spiritains et les sœurs spiritaines dans les pays du Sud et surtout leur engagement spirituel m’ont particulièrement sensibilisée.

J’ai eu quatre jours pour m’adapter à mon nouvel environnement avant de démarrer ma mission. Dès le lundi je me suis rendue à la crèche Eugénie, un des trois établissements dont les sœurs sont responsables. J’y ai rencontré les petits (entre 9 mois et 1 an) et les yayas qui ont entre 1 an et un peu plus de 2 ans. Au centre pour jeunes filles mères dont est responsable soeur Isabel qui est camerounaise, j’ai aidé pour un cours de cuisine. J’ai pu discuter avec les filles, c’était passionnant. Je participe aussi souvent à la prière avec les sœurs. C’est un temps de calme et réflexion spirituelle dont je n’ai pas l’habitude mais qui fait beaucoup de bien. Le week-end, je me repose !

Durant mon séjour, je me suis rendue compte qu’au sein d’une relation, la perception, les interprétations et les exigences peuvent différer. J’ai appris à prendre la distance nécessaire pour ne pas trop m’attacher notamment aux enfants et aux sœurs. Ceci est essentiel pour un bénévole afin de pouvoir s’investir pleinement dans sa mission tout en sachant partir au moment venu.
Je voulais vivre une expérience non seulement humaine mais aussi spirituelle. Concernant la pratique religieuse la beauté et la joie des célébrations, des messes et processions m’ont redonné l’envie de retourner de manière régulière à la messe. De plus participer au chapelet et aux vêpres quasiment tous les soirs m’a redonné le goût de la prière ».

Ombeline est revenue du Congo le 3 juillet dernier. Voici ses impressions à son retour en France :

www.operationamos.asso.st

Check Also

Veillée de prière pour les vocations missionnaires

Le 8 septembre 2017, à l’occasion des vœux perpétuels de 4 jeunes confrères, nous prierons …