Des nouvelles de l’Espace Mission à Lourdes

Pierre Juveneton, spiritain récemment rentré du Paraguay, a passé la semaine sainte à l’ « Espace Mission » à Lourdes avec une équipe de laïcs, religieuses et religieux. L’espace mission, soutenu par les Œuvres Pontificales Missionnaires, accueille groupes et individuels en pèlerinage au sanctuaire marial, pour les sensibiliser à la mission universelle de l’Eglise.

« C’est une expérience intéressante… mon premier « service » en France depuis mon retour du Paraguay. C’était le tout début de la saison et les pèlerinages français ont été peu nombreux, donc pas mal de temps libre pour m’adapter doucement à ce qu’on attend d’un « témoin »…  Avec l’autre « témoin », Norbert Mwishabongo, missionnaire d’Afrique (PB) du Congo RDC, nous avons formé une bonne équipe.

Le thème d’année était « Le Seigneur fit pour moi des merveilles ». Pour moi, c’était « Mon âme bénit le Seigneur pour la rencontre de cultures différentes qui permettent de grandir ».

D’abord en Centrafrique avec la culture Banda : à partir de deux exemples concrets (le « forgeron » et la « maladie »), je racontai comment, en plus du monde des Blancs (avec l’intelligence, la science, la technologie, monde de la clarté du soleil de midi, mais aussi monde de la puissance, de l’orgueil, du mépris des autres, de l’individualisme…), il existe le monde souterrain plus mystérieux des sorts, des esprits, des génies, des Ancêtres : le monde de la nuit avec la faible lumière changeante de la lune, monde de la solidarité familiale et du clan, monde aussi de la peur, de la crainte devant des éléments non maîtrisés, devant l’emprise du groupe… et nous savons que Dieu, au milieu de tout ça reste un mystère…

Puis au Paraguay : là aussi avec des exemples concrets, je pouvais présenter comment la culture guaranie m’a appris qu’à côté de la tête bien faite des Européens, il était important d’avoir un « corazon » (cœur) ouvert à la sympathie, aux relations chaleureuses, au respect. L’importance d’une vie tranquille, proche de la nature, le corps comme moyen d’expression tant dans la vie courante que dans la liturgie…

Je terminai en disant : « Vivre au jour le jour, au rythme de la vie paysanne, accueillir de bon cœur la vie telle qu’elle se présente, l’amitié toute simple, l’accueil chaleureux, la confiance dans la Providence, Dios mediante, avec l’aide de Dieu, l’humour… : voilà ce que les Bandas et les Guaranis m’ont appris et donné. Cela aide à vivre et à vivre heureux ! » »

Pierre Juveneton, CSSp

Accueil d’un groupe de jeunes pèlerins à l’espace Mission

Check Also

Veillée de prière pour les vocations missionnaires

Le 8 septembre 2017, à l’occasion des vœux perpétuels de 4 jeunes confrères, nous prierons …