Nouvelles de Benjamin, diacre et missionnaire en Haïti

Ordonné diacre au mois de juin, Benjamin Osio a été envoyé en mission en Haïti en ce mois d’octobre 2014. Il nous donne ses premières nouvelles.

port-au-prince3Un petit mot d’arrivée en Haïti !
J’ai été très bien accueilli par les confrères. Les premiers temps vont me permettre de prendre repères. J’irai certainement dans quelques temps vivre mon diaconat dans une paroisse, soit en banlieue de Port-au-Prince, soit en campagne, plus au nord. Pour l’instant ma base est PAP, dans la communauté qui est à la fois la maison provinciale et Communauté en charge de la grande école St Martial, sur site. Nous sommes 6 spiritains : Rulx le provincial, Isaac l’économe provincial, Werby, le directeur du secondaire, Rénald le directeur du primaire, Patrick l’économe de la communauté et professeur à l’université, et moi-même. On est en pleine ville : beaucoup de trafic, de bruit, une chaleur énorme et des moustiques… Haïti est très escarpé.port-au-prince2 Les abords sud de la ville sont faits de quartiers anachroniques, accrochés aux falaises. La circulation est difficile. Les gens s’activent et se débrouillent, en petits commerce de survie souvent, sur les trottoirs, un peu comme ce que j’ai vu au Congo. Peu ou pas d’étrangers dans les rues, le petit blanc que je suis est vite repéré… Les gens, comme partout où je suis passé en Afrique, sont dignes et soignés. Les traces du séisme de janvier 2010 sont visibles, mais la vie continue, toujours forte.
La reconstruction traîne, c’est un processus compliqué. La mort de l’ex-président (dictateur) JC Duvalier ne fait pas grand bruit. Les haïtiens n’ont jamais eu de gouvernement vraiment fiable… Mais Haïti, à juste titre, est fière de son histoire et veut croire en son avenir. Les spiritains aussi, à la suite d’Eugène Tisserant, Max Dominique, Etienne Adrien…

L’ambiance est proche de ce que je connais de l’Afrique, version créole français. Il me reste beaucoup à découvrir et comprendre, notamment le créole. Ce n’est pas évident de refaire un apprentissage après celui de la culture est-africaine et du swahili qui constituait ma petite expérience missionnaire. Mais on va essayer, grasa Dyé. J’ai vu presque tous les confrères.

port-au-princeUn projet de reconstruction est en phase d’étude pour le grand collège St Martial où je réside. Le séisme l’a presque totalement détruit. Des hangars ont été construits provisoirement pour abriter les classes. C’est précaire, et courageux pour tous de tenir comme ça. Le projet patine depuis 4 ans… et Rulx veut avancer. Je suis déjà intégré dans l’équipe en charge de l’étude. Il faut un bon plan d’ensemble. Content d’y participer. C’est un projet important (1500 élèves, 50 classes de la maternelle à la terminale…). Le « petit séminaire-collège St Martial » est une institution forte dans le pays et au-delà, ayant formé des générations d’haïtiens qui y restent fortement attachés. L’école est chère également aux spiritains qui s’y sont succédés depuis son inauguration en 1865. L’année 2014-2015 est donc celle du Jubilé des 150 ans de l’école.

St Martial avant
Collège St Martial (avant)
Collège St Martial (après)
Collège St Martial (après)

Ci-dessous, pour l’occasion, un texte d’exhortation du Père provincial :

devise Spiritains Haiti« Enfants de Saint Martial, nous avons tous rendez-vous avec l’histoire. Frères de tous les recoins du pays et d’ailleurs -pour reprendre un extrait de l’hymne de Saint Martial- Joignons nos flambeaux, en faisceaux, pour projeter une lueur nouvelle sur l’écran d’Haïti. Ce Jubilé nous convoque tous, où que nous soyons, pour conjuguer nos forces. Il doit être comme une invitation à ouvrir une nouvelle page de la belle histoire, en train de se construire, de notre institution tri cinquantenaire. C’est à nous, la génération d’aujourd’hui, d’écrire les prochaines heures de ce monument historique. L’exemple est donné. Le chemin a été déjà entamé. L’idéal est clair et noble: «être utile, toujours, à notre Patrie». Assumons donc le défi et tournons-nous aujourd’hui vers l’avenir, pour le pays, pour les Ancêtres, pour le monde et pour nos enfants… »
« Saint Martial, une force, une tradition, une famille »
Père Rulx André Alcinéus, CSSp

Le Seigneur est là, présent par son Esprit au cœur des nôtres. Qu’il nous guide tous sur les chemins de son Royaume en marche, en Haïti, chez vous et ailleurs.

« Tous ensemble » (devise spiritaine de la Province d’Haïti)
A bientôt.

Benjamin Osio cssp

Check Also

Spiritains aventuriers de l’Esprit

Les acteurs de la mission spiritaine se retrouvent pour un temps de rencontres et d’échanges. …