Le dialogue interreligieux : une priorité pour les Spiritains

Début décembre dernier s’est tenu à Zanzibar (Tanzanie) un forum interne aux spiritains, réunissant une vingtaine de confrères et une laïque associée venus de différentes provinces de la congrégation.

Ils étaient tous rassemblés pour réfléchir aux enjeux et aux défis posés à la congrégation concernant notre engagement dans le dialogue interreligieux. Les délégués ont témoigné de la réalité qu’ils vivent sur le terrain avec les croyants d’autres religions et réfléchi à des propositions concrètes concernant nos pratiques et modes de fonctionnement dans ce domaine.

Stone town, capitale de Zanzibar, vue de la mer. Cet archipel à grande majorité musulmane, successivement occupé par les portugais, omanais et anglais est un creuset de cultures et de religions, et un bon exemple des enjeux de la coexistence et de la compréhension mutuelle. C’est aussi le premier lieu de présence des Spiritains sur la côte Est de l’Afrique, il y a 150 ans.
José, jeune confrère malgache en mission au Pakistan

Les spiritains sont engagés de longue date dans des pays à forte majorité musulmane comme l’Algérie, le Pakistan, la Mauritanie et développent de nombreuses actions de partenariat et de dialogue avec les musulmans en Belgique, au Kenya, au Nigéria, en Centrafrique (voir ici le blog – en allemand – de Olaf, qui est en mission à Mobaye depuis 2 ans 1/2), à Zanzibar même, etc. Nous avons depuis quelques années une mission en Inde, dans un contexte de pression du gouvernement pour l' »hindouisation » de la société. Et nous sommes de longue date présents auprès des populations pratiquant les religions traditionnelles, en Afrique notamment.

Notre mission d’ « évangélisation des pauvres » n’a bien sûr pas la même coloration dans chacun de ces pays, mais partout nous essayons de témoigner de l’Évangile – la défense des plus petits, l’amour de mon frère en humanité, la protection de la maison commune – et donc de l’espérance d’un monde plus fraternel et pacifié. Cela passe par de la bienveillance, de l’écoute, un dialogue « de la vie » et « des actes », parfois même dialogue théologique ou spirituel, mais aussi par la recherche de la justice comme en Centrafrique où le facteur religieux est largement instrumentalisé par les protagonistes d’un conflit qui s’enlise.

Les participants au forum, lors d’un échange avec des dignitaires religieux locaux : évêque anglican et secrétaire du grand mufti de Zanzibar

Les enjeux du dialogue sont énormes, pour contrer l’ignorance, les préjugés, et la violence qui en découle : les participants de la rencontre de Zanzibar ont ainsi rappelé fortement à la congrégation toute entière que le dialogue interreligieux n’est pas une option facultative, mais un point essentiel de notre charisme de spiritains, et de notre vocation de baptisés à la suite du Christ.

Mathieu Boulanger, cssp

Check Also

Des récits bien vivants de Quentin à Boffa en Guinée

Coopérant DCC, Quentin partage à chaud ses impressions de début de mission. Ma découverte de …