Chargé de relations publiques et communication à Douala (Cameroun)

Pierre est parti en août 2016 pour un volontariat de 2 ans avec la DCC à Douala, au Cameroun. Il habite à la communauté spiritaine de la procure (maison principale de la congrégation à Douala), avec le père Henri Medjo, camerounais et ancien de la mission des Philippines. Il nous parle de sa mission auprès de la Chaîne des Foyers Saint Nicodème, qui accueillent les enfants de la rue.

« Ce poste me plait beaucoup, les responsabilités sont au rendez-vous et c’est ce que je recherchais. Créer des partenariats d’avenir est un exercice complet qui implique de bien positionner la stratégie de l’ONG, de posséder un sens du relationnel et du rédactionnel. Je me nourris beaucoup de tout cela. Si au début les défis étaient grands pour stabiliser certains partenariats, le travail mené a permis d’en sécuriser un bon nombre et d’en trouver de nouveaux. La pression est désormais moins forte. Si je peux me permettre une observation, il me parait intéressant d’avoir un volontaire spécialement attitré à l’APEP (Association pour les Enfants Préférés). En effet, la conduite des nombreux projets de la Chaîne des Foyers Saint Nicodème ne me permet de m’investir que superficiellement dans l’APEP. Mais peut-être qu’au fil de l’année certaines périodes me laisseront d’avantage de temps …

En ce qui concerne ma vie à la procure, je m’y sens bien. Faire d’un lieu sa maison demande un peu de temps mais la présence du père Henri et de nombre de personnes est chaleureuse et enrichissante. J’ai beaucoup de gens avec qui discuter : l’échange et le partage que je suis venu chercher, je le retrouve et c’est bien agréable ».

Pierre Lomellini

Les foyers Nicodème sont nés de l’initiative d’une religieuse française, Marie Roumy, sœur missionnaire du Saint-Esprit (spiritaines), engagée depuis de nombreuses années dans l’aide aux enfants de la rue à Douala. Pour plus d’infos et les soutenir : saintnicodeme.com

Check Also

Missionnaire spiritain en Haïti : une évangélisation en action

Désormais, le père Benjamin Osio, jeune prêtre spiritain français, parle créole et arpente chaque jour …