Découverte des spiritains à Paris

Jean-Pascal et Anthony

Après la fin de mes études à Sciences-Po, j’ai ressenti un profond appel du Seigneur à rejoindre la vie religieuse. J’ai pris contact avec différentes congrégations, et chez les spiritains, j’ai été mis en relation avec le Père Jean-Pascal Lombart. A l’occasion des vacances de Noël, je voulais avoir une expérience de la vie des Spiritains. Le Père Jean-Pascal m’a immédiatement proposé de le rencontrer à Paris et de passer quelques jours avec sa communauté. J’ai accepté.

Mon séjour avec les Spiritains a été pour moi une riche expérience, car elle m’a permis de comprendre vraiment qui ils sont et ce qu’ils font. Je devais découvrir en eux une congrégation particulièrement tolérante, ouverte d’esprit et attentive à la vie du monde. Pourtant, je dois avouer, qu’à mon arrivée, j’avais quelques appréhensions : l’immeuble de la rue Lhomond est une magnifique mais austère bâtisse, qui remonte aux premiers temps de la congrégation. Aussi, je craignais que les Spiritains eux-mêmes ne soient à l’image de ce bâtiment. Il n’en fut rien !

Dès le début de mon séjour, j’ai été complètement intégré à la vie de la communauté. Entre les offices et les repas en commun, les Spiritains s’en vont à leurs occupations respectives : service de célébration ou d’aumônerie, études, rédaction des revues spiritaines, responsabilités au service de la Province, etc.

La vie spiritaine est authentiquement fraternelle ; le sens de la communauté, le respect mutuel et la liberté personnelle sont les maîtres mots. L’humour le plus décapant dans le réfectoire alterne avec le silence des temps d’étude et avec la dévotion de la prière. La diversité est perçue comme un don de Dieu et une source d’enrichissement pour les hommes. Ces religieux que je rencontrais à l’instant, j’avais l’impression de les connaitre depuis longtemps.

Missionnaires, les Spiritains vont offrir aux hommes du monde entier la parole de Dieu ; pour cela, ils partent longtemps et au loin, souvent à l’autre bout du monde. Ils sont aujourd’hui actifs dans plus de 60 pays, répartis sur les cinq continents. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance du Père Philippe, qui est resté 15 ans en Ethiopie, du Père Jean-Michel, qui a passé 10 ans en Angola, ou du Père Canice, un Nigérian qui vient d’arriver en France.

Dorze
Jeune Ethiopien (Dorze, vallée du Rift)

Tout Spiritain est appelé à quitter son pays et à se faire l’apôtre et le messager du Christ à l’étranger. Pour eux, se donner à fond pour apprendre une autre culture et servir un peuple étranger est la plus belle manière d’exprimer leur amour pour le Christ et pour les hommes. Partir en mission, c’est « épouser » le pays dans lequel ils sont envoyés. Ils se fondent entièrement dans la population, apprennent sa langue et sa culture, mais toujours en restant attachés à leurs origines propres. Les Spiritains sont des ponts jetés entre les cultures, entre les différentes branches de l’Eglise.

Les Spiritains sont appelés à se mettre au service des plus pauvres et des persécutés, partout là où l’Eglise catholique a besoin d’ouvriers efficaces et bien formés, de pasteurs dévoués et tolérants. Respectueux et admiratifs des coutumes et traditions locales, ils œuvrent dans la douceur, en s’appuyant beaucoup sur les laïcs et le clergé local, dans le but de faire aimer le Christ, de donner l’envie de le rejoindre dans son Eglise et dans son Royaume. Leur travail est d’évangéliser, c’est à dire d’annoncer la Bonne Nouvelle par la parole et par l’exemple.

Henri Medjo, spiritain camerounais, préside l’eucharistie à l’école des sourds-muets d’Iligan (Philippines)

En outre, les Spiritains forment une communauté vraiment cosmopolite, et c’est un mélange d’expériences vécues à fond qui fait l’identité de chaque Spiritain. Ils accordent à la liberté et à la personnalité de chacun une place très importante. Non seulement les Spiritains sont d’origines diverses, mais leurs caractères, leurs parcours et leurs centres d’intérêts sont très différents. Chaque Spiritain vient avec une personnalité et des dons propres, et c’est cette diversité qui permet à la Congrégation d’œuvrer dans tant de pays différents et à des tâches aussi diversifiées : car la mission des Spiritains est avant tout d’offrir à l’Eglise les serviteurs dont elle manque, aussi variées les missions soient-elles.

Deux citations de l’Evangile expriment selon moi particulièrement bien la vocation spiritaine : « Si tu veux être parfait, va, vend ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, […]. Puis viens, suis-moi. » (Matthieu 19, 21), ainsi que « Nul n’est prophète en son pays » (Luc 4, 24). Choisir l’aventure spiritaine, c’est s’engager totalement pour l’amour du Christ et des hommes, c’est abandonner sa patrie et faire don de soi sur une terre étrangère, c’est aider à ce que les cultures se croisent afin que progresse partout la tolérance, et de se faire les ambassadeurs de l’Eglise universelle pour que le sentiment d’unité du monde dans le Christ grandisse.

La première église du Gabon, construite par les spiritains, avec au premier plan Landry, spiritain gabonais

Tout au long de ma visite, j’ai pu multiplier les discussions avec des religieux qui ont tous accepté très librement de me parler de leur vocation et de leur vie de missionnaire. Cela m’a vraiment permis de mieux comprendre la réalité de la vocation spiritaine. Le dernier jour de ma visite, j’ai été invité à déjeuner avec les jeunes spiritains en formation à Paris. Actuellement, ils sont six : trois Français (Florian, Eddy et Mathieu), un Portugais (José Carlos), un Nigérian (Wilfred) et un Camerounais (Ronald), accompagnés par trois formateurs, un Français et deux Africains. Pour les Africains, c’est le plus souvent le contact avec des Spiritains dans leur pays qui les a décidés à rejoindre la communauté. Chez les Français, c’est le plus souvent une expérience de volontariat avec des communautés spiritaines à l’étranger qui les a conduits vers la congrégation. J’ai pu voir avec plaisir que les jeunes Spiritains forment un petit groupe sympathique, très uni et très dévoué au monde.

Je suis sorti très grandi de cette visite. Tant la vie communautaire et les prières collectives, que la gentillesse de la vingtaine de religieux avec qui j’ai partagé ces quelques jours m’ont vraiment confirmé dans mon souhait de devenir religieux. La vie et l’œuvre de François Libermann m’inspire maintenant beaucoup dans mon quotidien. Il me reste à souhaiter que le Seigneur continue de me guider dans ma vocation et qu’Il suscite aux Spiritains de nombreuses autres vocations. Aventuriers de Dieu depuis trois cents ans, les Spiritains ont encore tellement à donner au monde, pour annoncer la Bonne Nouvelle, aider les plus pauvres et ouvrir sur chacun le cœur des hommes ; mais pour cela, ils doivent aussi pouvoir compter sur vous.

Anthony

Check Also

Verre de l’amitié – soutien au Projet Tanzanie : dimanche 12 mars